Tout le bleu du ciel – Melissa da Costa

Avec 3 ans de retard sur la plupart des gens, j’ai enfin ouvert (et terminé) cet été ce bestseller chaudement recommandé par mon entourage et par la presse ! Je savais qu’il faisait la part belle à la région Occitanie et qu’il était très émouvant alors il me fallait choisir soigneusement le moment de sa lecture. L’été 2022 m’a semblé être la période idéale pour tourner la couverture de  Tout le bleu du ciel en ayant plus de temps que les années précédentes et surtout en étant plus détendue pour le savourer pleinement.

chronique lecture tout le bleu du ciel

Résumé de Tout le bleu du ciel

Petitesannonces.fr : « Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple. »
Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.
Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.

Mon avis de lectrice sur Tout le bleu du ciel

J’ai mis un petit moment à entrer dans l’histoire et pour tout te dire, j’ai même failli abandonner la lecture avant la 100ème page. Le livre étant réputé comme émouvant, je m’étais préparée à une ambiance compliquée et larmoyante sur le final mais je ne pensais pas que le début serait aussi pesant. Entre un Emile qui découvre sa maladie, qui fait ses adieux à ses proches d’une manière un peu lâche, et une Joanne habillée de noir, mutique et effacée, un peu dépressive sur les nerfs de bordures, on est loin de l’ambiance féria !!
Et le personnage de l’ex d’Emile est ascendant urticaire dans mon propre référentiel !!

Mais je me suis prise au jeu lentement, au fil des pages, quand le camping-car a commencé à rouler sur les routes pyrénéennes. C’était assez drôle d’ailleurs car je me suis rendue cet été dans les lieux des Hautes-Pyrénées mentionnés dans le récit à chaque fois quelque temps avant qu’ils ne soient mentionnés dans les pages que je lisais ! J’apprécie aujourd’hui ces souvenirs de manière encore différente du coup !
Je connais les 90% des endroits décrits dans le livre pour y avoir déjà été dans les 5 dernières années et je peux t’assurer qu’ils valent le détour si tu cherches un peu d’inspiration pour tes séjours dans la région. Ils ont même certainement une âme car je ne sais pas pourquoi, ils font tous vibrer mes souvenirs. Je comprends donc totalement pourquoi l’auteur a choisi de les intégrer comme décors de son récit.
Tout ça me donne clairement envie de découvrir les 10% qui me restent inconnus !

Quelques villages et lieux traversés en Occitanie par Emile et Joanne : 

  • Artigues et la cascade d’Arizes (65)
  • Le Pic du Midi de Bigorre (65)
  • Beaudéan (65)
  • Eus (66)
  • Cômes (66)
  • Peyriac-de-Mer (11)
  • Gruissan (11)
  • Lescun (64)
 
 Et si, après avoir écrit un article touristique en suivant les paroles d’une chanson (La Transhumance du groupe Sangria Gratuite), j’en écrivais maintenant un en suivant le récit d’un livre ? Il me reste peu d’endroits à visiter dans cette liste !  Qu’en penses-tu ? Tu me dis en commentaires ?

 

Je ne pensais pas m’attacher plus que ça aux personnages et finalement, le personnage de Joanne m’a fait penser à une fleur qui éclot et s’ouvre. On en apprend davantage sur son parcours, sa vie, les traumatismes vécus et qui font ce qu’elle est devenue puis ce qu’elle deviendra à la fin du roman. J’ai appris à la comprendre et finalement à l’apprécier. Le personnage âgé et sage  de Myrtille m’a également beaucoup émue.
A contrario, le personnage principal d’Emile m’a laissée plutôt de marbre, je ne saurais pas trop expliquer pourquoi. Je ne l’ai ni particulièrement apprécié ni trouvé déplaisant. Il ne m’a juste pas touchée, la narration exposant davantage de faits objectifs (ses agissements) que ses émotions et sentiments.

Alors ? A lire sous un ciel bleu ?

Ouiiiiii (mais sous un plaid avec un ciel gris ça marche aussi) !
Si tu es comme moi un amoureux de la région Occitanie et encore plus des Pyrénées, ne manque pas la lecture de Tout le bleu du ciel ! J’ai vraiment pris les décors et paysages des destinations choisies par Emile et Joanne comme des personnages à part entière. C’est presque un guide touristique romancé !
Ce récit m’a également permis de me sensibiliser à la maladie d’Alzheimer précoce et à ses ravages dans la vie quotidienne. Si l’on en connaît le nom dévastateur, on peine un peu à imaginer de quoi il est question concrètement sans avoir un proche de touché par cette affection. Maintenant je comprends mieux.

5/5

Ma note : 19/20

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.