6 idées de visites dans le LAURAGAIS entre jolis villages et sites naturels

Je te propose de profiter des beaux jours dans un coin que je méconnais car pour moi, c’est surtout sur la route qui mène à la mer ! Pour certains, c’est aussi l’endroit où vit Bernard, l’agriculteur de l’Amour est dans le pré 2016 ! (Tu me crois si je te dis que c’est la beauté des paysages lors de l’émission de télé-crochet qui m’a donné un coup de pied au derrière pour me décider à aller dans le coin ?)
Tu l’auras deviné (ou pas sans le titre de l’article) : on va parler du LAURAGAIS !!

 

Que voir et que faire, bref, que visiter dans le Lauragais, entre incontournables et insolite ?

 

C’est où le Lauragais ? C’est quoi ?

Déjà, il faut faire attention à bien le prononcer pour se faire comprendre. Avec notre accent du sud-ouest, ça se transforme rapidement en « Laure-à-gué » ! De quoi dérouter quelques Parisiens aux pupilles en forme de points d’interrogation !

Le Lauragais, c’est un morceau de la partie Est du département de la Haute-Garonne. Regarde ici :

carte-situation-géographique-Lauragais-Haute-Garonne
Je crois qu’il manque un peu le Comminges sur cette carte…

C’est dans ce coin que tu trouveras un joli relief vallonné et du très bon cassoulet, à la frontière du département de l’Aude ! Le Lauragais se partage d’ailleurs aussi avec l’Aude, le Tarn et l’Ariège. En Haute-Garonne, on sait partager les bonnes choses !
C’est aussi le berceau du pastel, notre or bleu végétal, ce qui lui vaut son petit surnom de Pays de Cocagne.

Maintenant que tu es au clair sur la géographie, en voiture Simone ! Je t’emmène avec moi dans un road-trip miniaturisé sur les routes du pays de l’or bleu !

 

1. Le Seuil de Naurouze ✭✭✭

Je ne sais pas comment j’ai fait mon affaire mais je ne suis pas arrivée par la voie la plus directe ! Tant mieux au final car les petits villages traversés sont très mignons.
J’ai même fait une petite halte pour commencer à profiter de l’atmosphère particulière du Canal du Midi. J’ai l’impression de retrouver l’ambiance des sentiers de randonnée en montagne : les gens sont détendus, souriants, dans ce décor verdoyant et apaisant. C’est revigorant ! Mon envie de faire le canal à vélo revient me titiller le système mnésique.
Durant la belle saison ou à l’automne, le cadre est enchanteur. A l’automne, les platanes se couvrent d’or et les reflets sont dignes d’un Versailles naturel. Je n’arrive pas à choisir si je préfère le lieu en été ou à l’automne alors je vais mixer les photos de mes divers passages, tu te feras ton propre avis sur la question !

 

J’arrive finalement au parking de ce fameux Seuil. C’est pratique, il est juste à côté du site, c’est tout plat, avec un point d’information lors de la haute saison si tu veux glaner quelques informations touristiques.
Je ne sais pas à quoi je m’attendais, mais certainement pas à ça à en juger par ce que renvoie le rétroviseur de mon reflet : un croisement entre Tex Avery et Nicky Larson victime d’un décrochement mandibulaire.  Non mais waouh quoi ! Regarde :

visite-seuil-naurouze-haute-garonne

 

L’obélisque de Riquet

Je vais ensuite voir l’obélisque de 20m de haut et datant de 1827 en l’honneur de Pierre-Paul Riquet, le génial papa du Canal du Midi. Elle est surprenante car elle est bâtie sur les Pierres de Naurouze, de gros blocs rocheux. Mais ça, nous ne pourrons pas le voir car malheureusement, la grille est fermée pour y accéder !
Comme cette obélisque est au bout d’une allée de platanes, je te conseille, pour en voir malgré tout un bout, d’y aller en hiver ou de monter jusqu’à un village perché à proximité dont je te parle un peu plus bas.

obélisque-naurouze-lauragais-tourisme-haute-garonne

obélisque-naurouze-tourisme-haute-garonne

 

Un peu de culture : qu’est-ce que le Seuil de Naurouze ?

Pour comprendre de quoi il est question car rien à voir avec le seuil classique et son champ lexical en porte, paillasson, entrée, etc.
Le Seuil de Naurouze est situé sur la route qui mène de Narbonne à Toulouse et il a la particularité d’être le point le plus haut du Canal du Midi, en culminant à 189 m. C’est aussi ce qui décida Pierre-Paul Riquet (le fondateur du Canal du Midi pour rappel) à le choisir pour acheminer les eaux de la Montagne Noire afin d’alimenter le Canal des Deux Mers.

Pour cela, les eaux doivent d’abord transiter dans ce qui se nomme un réservoir puis elles sont « partagées » soit vers l’Atlantique soit vers la Méditerranée. Il est possible d’aller se placer au niveau de ce partage des eaux. C’est tout à fait banal et c’est ça qui est chouette : il faut savoir que dans cet endroit banal se passe un petit morceau d’extraordinaire !

L’extraordinaire sera encore plus visible à l’automne : au milieu d’un véritable tunnel d’or créé par les platanes, les feuilles tombées dans l’eau tourbillonnent littéralement, ne sachant pas quel courant suivre, comme indécises…

point-partage-eaux-canal-midi-lauragais-haute-garonne

Le Canal du Midi est inauguré en 1681 après 14 ans de travaux !! On n’avait pas la même définition à donner au mot « patience » à l’époque ! Je relativise les travaux de voirie d’aujourd’hui…

NB : Toi aussi tu as remarqué que vu d’en haut, le Bassin de Naurouze ressemble à une pastille Vichy ? Ok, je sors…

 

Le Seuil de Naurouze, un havre de paix verdoyant

On est fascinés par ces 50 nuances de vert entre les différentes espèces végétales, leurs différents niveaux, et leurs reflets dans l’eau, déjà verte de base du fait des algues et de la vase.  Je mesure pleinement l’apaisement procuré par la couleur verte, moi la boule de nerfs !

 

Une allée de platanes incontournable dans le Lauragais 

Tu entres dans cet écrin de verdure par une sublime allée de platanes qui mène à l’écluse de l’Océan : il y en a 61 et ils mesurent plus de 45m de hauteur ! Le plus gros mesure 4,17m de circonférence ! A se demander s’il ne carbure pas à la bière plus qu’à l’eau !

C’est l’une des plus belles allées de France et on comprend instantanément pourquoi.
De 1974 à 1978, un projet de recreusement du bassin pour l’irrigation envisageait de la détruire. Heureusement, grâce à l’action de la population qui souhaitait la conserver, elle resta en place. Et on la comprend la population, elle est magnifique cette allée !
Elle doit être encore plus incroyable aux couleurs de l’automne d’ailleurs !

 

L’écluse de l’Océan, la première « marche » vers Toulouse

La chance du jour : arriver au moment où un bateau va la franchir !
(Mais c’est assez régulier, il te suffit de mettre une petite graine de patience dans la poche pour pouvoir assister à ce ballet mécanique, toi aussi.)
J’ai déjà pu admirer le passage des écluses à Toulouse par des péniches, mais c’est toujours un moment impressionnant qui nous fige en statues pour admirer ça comme si c’était la première fois. Cette fois je rigole bien en prime car les passagers du bateau semblent être à l’apéro chronique et oublient d’enlever leurs objets en hauteur. Le rappel de ce détail arrive au moment de passer sous le pont et là tout n’est plus que rires et agitation tant pour les passagers que pour nous, spectateurs sur la rive !

Le bateau est passé mais on n’en reste pas moins là, à regarder les niveaux d’eau monter ou descendre et les portes se refermer pour redonner sa forme de poisson à l’écluse. Fascinant, vraiment.

écluse-canal-midi-occitanie

 

2. Montferrand, village perché de l’Aude ✭✭

Montferrand était indiqué sur ma carte magique du salon du tourisme par « superbe panorama pour les photos« . Mais c’est tellement plus que ça !! C’est mon grand coup de cœur de cet après-midi. Grand coup de cœur pour tout petit village (un peu plus de 450 âmes et 3 classes dans l’école), je te préviens !

Rien que pour y accéder c’est atypique : pour arriver tout en haut, il faut monter en colimaçon sur la colline. Ça tourne comme sur la coquille d’un escargot. Je me suis même demandé si je n’étais pas entrée sur un chemin privé ! Au final c’est normal. Les plus vieilles pierres sont là-haut et c’est ici que je te conseille d’aller, à 289m, précisément. C’est la plus haute colline des environs, au fait.

A l’entrée, je suis surprise de découvrir une église désaffectée (l’église Notre-Dame) et qui me semble même avoir été reconvertie en habitation privée au niveau de sa nef. Elle date de 1300 (très vieille Dame) et a été construite afin d’éviter aux Chrétiens de descendre à l’église dans la plaine.
Mais quelle bonne idée ! Les détracteurs des côtes comme moi devaient être heureux comme des coqs en pâte à l’époque !

 

Je passe sous l’arcade et hop, me voilà dans le vieux village (le château même peut-être en fait) de 3/4 maisons. J’y trouve une originalité que je n’avais jamais vue ailleurs : une chapelle à ciel ouvert ! Ça alors !

Je la laisse sur ma gauche puis je vais jusqu’au belvédère. Quel sacré point de vue ! Depuis la table d’orientation de Monferrand tu verras le sillon Lauragais et ses voies de communication, la Montagne Noire et la chaîne des Pyrénées ! Si le ciel est dégagé, tu auras même le privilège de voir jusqu’au Canigou ! (Tu te souviens ? J’en ai parlé dans mon article sur les Pyrénées-Orientales !)

table-orientation-montferrant-panorama-lauragais

Mais ce qui m’épate vraiment, c’est l’ancien phare de l’Aéropostale qui trône, fier vestige de la gloire, devant ce panorama.
Ce phare date de 1929 (plus jeune que ma grand-mère dis donc) et il servait à guider de nuit les premières lignes commerciales vers l’Afrique et l’Amérique du Sud avec des aviateurs comme Saint-Exupéry, Mermoz, Guillaumet…
Je ne m’étais jamais posé la question de savoir à quoi ressemblaient ces phares. Mais si je l’avais fait, je suis sûre à 90% que je ne les aurais pas imaginés comme ça !

insolite-phare-aeropostale-montferrand-haute-garonne

 

3. Le lac de la Ganguise, une balade insolite et paisible ✭✭

Bon, là, nous ne sommes plus dans la Haute-Garonne comme le pense beaucoup de monde, mais dans l’Aude. Mais c’est toujours le Lauragais ! La route qui y mène recèle de petites merveilles : des collines qui changent de couleurs au fil de la course des nuages, des toits de petits châteaux qui dépassent, des champs de tournesols qui devaient avoir fière allure un mois auparavant…

champs-lauragais-slowtravel-occitanie

Ce lac est immense (500 hectares) et il offre un paysage un peu irréel : avec les champs jaunes labourés en fond, on se croirait dans un environnement méditerranéen ! Les adeptes de photos minimalistes et graphiques en auront également pour leur carte SD !

C’est une base de loisirs départementale où tu peux pratiquer la voile, la planche à voile, le paddle, le VTT, le canoë, ou juste venir flâner sur ses rivages et pique-niquer… La baignade n’est toutefois pas autorisée, voilà pourquoi je croise moins de monde que ce à quoi je m’attendais par cette chaleur ! La faute n’était pas uniquement imputable à l’heure de l’apéro !

 

4. L’insolite moulin du Lauragais : le moulin rouge de Nailloux ✭✭✭

Nailloux, je ne fais qu’y passer et même pas forcément pour aller au Village des Marques (outlet village)… Par contre, il y a un petit détail que je voulais voir durant ces dernières minutes de jour : le moulin !
Situé en bordure d’autoroute, sur une petite colline, on ne peut pas le rater avec son bardage rouge ! Eh ouais, en Occitanie aussi on a notre célèbre moulin rouge !!
Par contre, il a quelque chose d’autre d’inhabituel… Je le regarde, je le regarde, mais impossible de mettre le doigt dessus. Et puis en triant et traitant mes photos de l’article : évidence ! IL A 6 AILES !! Voilà, c’est ça l’originalité !
Je n’ai jamais vu ça, moi ! Et toi ?

Je te conseille de suivre les actualités de l’Office de Tourisme de Nailloux car des animations sont régulièrement proposées dans cet endroit.

insolite-moulin-nailloux-haute-garonne-occitanie

Point coolture : Il ne s’agit pas d’une restauration mais d’une reconstruction. L’original possédait lui aussi 6 ailes mais était situé dans le centre de Nailloux et est tombé en ruine vers 1915. Ses briques ont servi à construire les maisons du village.

tourisme-moulin-nailloux-lauragais-haute-garonne

 

 

5. Le moulin de Montbrun-Lauragais ✭✭

Ce moulin, je l’ai découvert lors d’une petite randonnée dont je te parlerai dans un prochain article.
Perché sur sa petite colline entre vent, blé et petits pois, il est classé aux Monuments Historiques. Il a fallu une dizaine d’années pour le restaurer même si les mécanismes des meules étaient encore en bon état relatif.
Il faut dire qu’il date de 1680, le papy, et qu’il a fonctionné jusqu’en 1960 pour moudre les deux principales céréales du coin : le blé et le maïs.  Il a eu une vie bien remplie !

Aujourd’hui, il a repris complètement vie grâce à un jeune couple qui pratique la mouture de blé bio et de sarrasin.
Ce qui est assez incroyable c’est que cette farine est ensuite utilisée en circuit très court par un boulanger itinérant qui vient préparer son pain au four communal de Montbrun-Lauragais (500 âmes), lui aussi rénové !!
Franchement, j’adore ces initiatives locales qui font pleinement revivre un patrimoine à l’abandon !

joli moulin lauragais

 

6. Avignonet-Lauragais ✭

Je fais une fixette sur ce nom, je ne sais pas pourquoi… Il me pousse à aller voir même si les photos trouvées sur le net ne sont pas très engageantes. Et puis je passe devant, alors pourquoi pas ?

Points positifs : Le village est sur une colline, l’eau est potable aux fontaines (avec cette chaleur de serpent à sonnette c’est bon à savoir), il fait partie des villages fleuris.

Points négatifs : Je n’y ai pas trouvé de charme particulier avec sa briquette imaginée sous le crépi, ses champs d’éoliennes vraiment très très (trop) proches, un panorama bouché de nuages bas sur les Pyrénées (mais ça personne n’y peut rien).

Au final, un rapide tour de 10 min et je repars… J’ai presque un rythme de visite chinois !
Avignonet ne restera pas dans mes incontournables du Lauragais mais je ne baisse pas les bras !

visiter-avignonet-lauragais-haute-Garonne
Comment nommer l’axe principal ? Ché pas, je suis pas inspiré…

visite-Avignonet-Lauragais-Haute-Garonne

 

Flâner sur les routes du Lauragais

Pour rester fidèle à la dynamique d’un roadtrip en Lauragais, je décide de bouder l’autoroute. Les couleurs du couchant sont tellement belles qu’il faudrait être fou pour souhaiter les voir sur le gris de l’asphalte plutôt que sur les reliefs dorés des champs !
Je me balade donc sur une route désertée à l’heure du dîner, en prenant la direction de l’Ouest (comme je dis souvent que je suis à l’Ouest, autant l’être vraiment !). Je traverse plein de petits villages tout mignons dont un que je me jure de revenir voir plus tranquillement car je pense qu’il vaut un arrêt bien plus long que celui que je fais à la petite boîte à livres qui surgit devant le capot !

Et je n’en dirai pas plus pour l’instant sur ce bourg, tout simplement parce que je ne peux pas : pas de photo, pas de rédaction ! (le pas’d’bras, pas d’chocolat de la blogueuse…)

Je continue et je traverse Venerque. Les couleurs orangées sont ici extraordinaires mélangées avec le rosé de la briquette. Je me gare comme un sagouin pour immortaliser comme je peux cette vision enchanteresse. Ici aussi le village semble tout mignon. Et il y a des camping-cars ! Je l’ai déjà dit sur les réseaux sociaux, mais en général, quand tu trouves des camping-cars, c’est que le lieu mérite un petit arrêt.
Je craque également sur le restaurant  La Plage en bord d’Ariège qui est une ancienne guinguette des années 50 !

 

 

Je te dis à bientôt parce que ma carte gribouillée par l’office de tourisme du Lauragais lors du Salon du Tourisme indique que j’ai encore plein de choses à découvrir par ici !

A toi aussi les couleurs et la diversité du Lauragais t’inspirent ? Épingle cet article sur Pinterest !

13 réponses

  1. Super récit 😉
    Mais oui, Montferrand, je ne l’ai même pas mis dans mon article !
    Ce que je préfère, je crois que ce sont quand même les petites routes en crêtes en juillet avec les tournesols et en fin d’hiver quand les Pyrénées sont enneigées et le ciel si clair…

    1. Rooooh ! Allez on n’a rien vu, rajoute ! Je ne suis jamais là en juillet alors je vois toujours les tournesols un peu fanés ! Mais j’en profite avec les photos des autres ! Quant à la fin de l’hiver, la vue sur les Pyrénées est sublime de tout le département, tu as raison ! J’adore aussi cette vue qui permet de dire adieu de la plus belle des façons à la saison hivernale !

    1. Oui, je trouve ça aussi très agréable et apaisant, à seulement 45min de Toulouse… Effectivement, pour le vent d’autan, je pense qu’ils n’ont pas choisi Avignonet-Lauragais au hasard pour planter les éoliennes !

  2. Oh, mais c’est vraiment là (LA) où j’ai grandi !
    Au lac de la ganguise, la baignade n’est pas autorisée, mais largement tolérée … (même si franchement, ce n’est pas une grande partie de plaisir d’avoir les pieds dans la bout …) . Dans le coin, comme petits villages tout mignon, je te conseille Belflou (son chateau moyen-âgeux est très beau)(mais privé…), St Félix Lauragais, Labécède Lauragais (proche de la Montagne Noire), Montmaur (proche de Montferrand) !
    (en tout cas, ce sont de très belles photos qui me donnent envie d’aller m’y re-prommener !

    1. Oui, on a vu que les gens resquillaient avec des techniques plus ou moins imaginatives au lac de la ganguise pour se baigner !
      Merci pour tes conseils de villages, je les note précieusement pour une prochaine fois !

  3. On y habite et on a déjà pris un peu de temps pour visiter nos alentours comme vous avez pu le voir mais apparemment on n’a pas fini car le coin que vous nous présentez, on connait pas.^^

    1. On n’a jamais fini de découvrir ce que l’on pense connaître par cœur, vous le démontrez encore ! C’est chouette, comme ça on ne s’ennuie jamais ! On fera un échange, on ne connaît pas encore Saint-Felix !

  4. Bonjour
    Je cherche des idées à faire avec mes enfants dans notre lauragais et je tombe sur votre article! Nous habitons Montferrand, c’est vrai que c’est un bien jolie coin, avec un vrai spectacle que nous offre les paysages aux fenêtres même de nos maisons! Dommage que naurouze sous ce soleil n’est pas le même charme! A bientôt sur nos routes

    1. Merci pour votre gentil commentaire !
      Il faut justement que je revienne un jour à Montferrand pour actualiser les photos !
      Les photos bien vertes de Naurouze dans l’article ont été prises à cette période, un jour où la chaleur était tellement étouffante dans le centre de Toulouse que j’ai eu besoin d’aller au contact d’un peu de verdure et d’eau ! 😉
      Ce site est beau à toutes les saisons, si si… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.